Rechercher :

 
  accueil  
  articles  
  l'association
  forum  
  Liens  
  contacts  
         
 
 


Actualités de l’autisme
et du handicap


 
 

Retarder la prise en charge adéquate des enfants autistes a un coût pour l’enfant et la société
( 25 février 2017 )

Appel à projets autisme 2017 de la Fondation Orange
( 25 février 2017 )

Ouverture du site officiel d’information sur l’autisme
( 22 février 2017 )

Cerveau : dépister précocement l’autisme par IRM ? / Sciences et Avenir
( 22 février 2017 )

Les « comportements-problèmes » au sein des établissements et services accueillant des enfants et adultes handicapés : Prévention et Réponses
( 22 février 2017 )

L’autisme : quelles origines, quels traitements ? émission France culture
( 22 février 2017 )

La CNSA met en ligne le tronc commun du métier des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)
( 22 février 2017 )

Comment favoriser des parcours fluides et éviter des ruptures pour les personnes avec autisme
( 22 février 2017 )

Direction Générale de l’Offre de Soins : rapport 2012
( 3 août 2013 )

Crise ouverte au Ministère de la Santé
( 3 août 2013 )

voir toutes les actualités
 
Accueil du site > Articles > Actualités de l’autisme et du handicap > Les troubles du comportement de la personne âgée : halte aux neuroleptiques ! (...)
Les troubles du comportement de la personne âgée : halte aux neuroleptiques ! Et si on prenait modèle pour l’autisme ?

2. RECOMMANDATION « MALADIE D’ALZHEIMER ET MALADIES APPARENTEES : PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DU COMPORTEMENT PERTURBATEURS (TCP) »

Ces recommandations portent sur la prise en charge des troubles du comportement jugés par l’entourage comme dérangeants, perturbateurs ou dangereux pour le patient ou son entourage. Les principaux symptômes sont l’opposition, l’agitation, l’agressivité, les comportements moteurs aberrants, la désinhibition, les cris, les troubles du rythme veille-sommeil, les idées délirantes, les hallucinations, etc.


Les objectifs de ces recommandations sont :

- d’améliorer les pratiques diagnostiques, préventives et thérapeutiques de ces troubles ;

- de promouvoir les techniques de soins non médicamenteuses ;

- d’éviter les prescriptions inappropriées, systématiques ou prolongées de psychotropes, en particulier de sédatifs et de neuroleptiques.


Ce qu’il faut retenir


Ces troubles du comportement perturbateurs sont fréquents dans la maladie d’Alzheimer et les maladies associées. Ils ont une origine multifactorielle. Ils peuvent être déterminés par :


- des facteurs écologiques, liés à l’environnement et à l’entourage (aidants et professionnels),

- des facteurs propres à la personne ou liés à la maladie,

- des causes somatiques intercurrentes, à rechercher et à traiter.


Il est recommandé d’utiliser en première intention des techniques de soins appropriées (attitudes de soins et de communication adaptées à ces patients et à ces troubles). Ces techniques peuvent permettre d’éviter le recours à des traitements médicamenteux.

Les psychotropes n’ont pas d’effet préventif sur la survenue des TCP.

Il n’est pas recommandé de prescrire en première intention et sans évaluation préalable un traitement par psychotrope, en particulier neuroleptique, en cas d’opposition, de cris, de déambulations.

Les psychotropes peuvent être utilisés après contrôle des causes écologiques et somatiques, lorsque les techniques de soins appropriées sont d’efficacité insuffisante, notamment quand la sévérité des troubles du comportement met en danger le patient, altère son fonctionnement, ou est une menace ou une source importante de souffrance pour son entourage.

Les psychotropes sont alors utilisés en synergie avec les techniques de soins. Ils ne doivent jamais être prescrits de manière prolongée et sans réévaluation régulière.

http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_819869/limiter-la-prescription-de-psychotropes-chez-la-personne-agee-confuse-agitee-et-chez-le-patient-alzheimer-presentant-des-troubles-du-comportement-perturbateurs

 
    Association partenaire d'Autisme France