Rechercher :

 
  accueil  
  articles  
  l'association
  forum  
  Liens  
  contacts  
         
 
 


Actualités de l’autisme
et du handicap


 
 

Retarder la prise en charge adéquate des enfants autistes a un coût pour l’enfant et la société
( 25 février 2017 )

Appel à projets autisme 2017 de la Fondation Orange
( 25 février 2017 )

Ouverture du site officiel d’information sur l’autisme
( 22 février 2017 )

Cerveau : dépister précocement l’autisme par IRM ? / Sciences et Avenir
( 22 février 2017 )

Les « comportements-problèmes » au sein des établissements et services accueillant des enfants et adultes handicapés : Prévention et Réponses
( 22 février 2017 )

L’autisme : quelles origines, quels traitements ? émission France culture
( 22 février 2017 )

La CNSA met en ligne le tronc commun du métier des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)
( 22 février 2017 )

Comment favoriser des parcours fluides et éviter des ruptures pour les personnes avec autisme
( 22 février 2017 )

Direction Générale de l’Offre de Soins : rapport 2012
( 3 août 2013 )

Crise ouverte au Ministère de la Santé
( 3 août 2013 )

voir toutes les actualités
 
Accueil du site > Articles > Actualités de l’autisme et du handicap > La réaction d’un parent à la visite de Luc Chatel à la Réunion : le handicap à (...)
La réaction d’un parent à la visite de Luc Chatel à la Réunion : le handicap à l’école ?

un article sur un journal de la Réunion après la visite de Luc Chatel ; en fait c’est la réaction d’un parent et c’est bien envoyé :
 
Courrier des lecteurs

Luc Chatel en visite et le handicap à l’école


Monsieur le ministre de l’éducation nationale en visite dans le département.
La question du handicap à l’école sera-t-elle abordée, s’il est question d’égalité des chances, ou sera-t-elle une nouvelle fois la grande oubliée des discussions ?

Nous attendrons donc impatiemment cette fin de semaine pour voir… peut-être enfin le miracle se produire.

Combien d’enfants sont sans solution ou avec des solutions inadaptées,combien d’enfants enfin sont sur liste d’attente dans le département ?
Cinq ans bientôt, après la loi sur l’égalité des chances et la participation des personnes handicapées, nous entendons toujours le même discours "les choses avancent, prenez patience, mais il faut du temps pour changer les mentalités".

Une question me taraude : "A-t-on envisagé d’attendre que les mentalités changent avant de sanctionner un automobiliste au delà de 0,5 g d’alcool dans le sang".

Une autre également : "La sanction a -t-elle une influence sur le processus d’évolution culturelle ?"
Une dernière enfin : "Quand le contrevenant est l’état, peut-il s’autosanctionner ?"
L’Etat a dernièrement été condamné pour défaut de scolarisation.
Ne pas attribuer aujourd’hui, de compensation en moyens humains lorsqu’ils sont jugés indispensables par la MDPH, relève de la discrimination.

Comment s’étonner alors de voir l’État refuser de professionnaliser les Auxiliaires de vie scolaire et tenter de se défausser sur les associations pour leur gestion.

Si les AVS disparaissent , l’Education nationale qui les emploie en remplacement des 6% sera -t-elle à nouveau soumise au plafond d’embauche de travailleurs handicapés auquel elle échappe pour l’instant ?

Si les AVS disparaissent, qu’en sera-t-il pour bon nombre de nos enfants, de l’égalité des chances ?


 Si les enseignants sont capables de se battre pour leur statut et de se mettre en grève, pourrait-on penser, ils devraient l’être aussi pour l’obtention de moyens liés à l’accueil de nos enfants.
Avant de juger de leur refus ou de leur mauvaise volonté, il convient de se demander à quel type d’information, ils ont eu accès et si seulement... ils savent . Cherchez donc les informations liées au handicap sur le site même de l’académie.

En attendant, si nous parents qui suivons la loi depuis sa préparation ,comptons sur les enseignants (qui pour la plupart ne savent même pas que cette loi existe), pour obtenir des moyens pour nos enfants, je pense que nous faisons fausse route.
En revanche, il est essentiel selon moi, que les écoles et les équipes sachent que nous partageons leurs craintes et que nous n’avons pas l’intention de leur laisser porter seuls la responsabilité de cet accueil.
L’Etat s’est donné bonne conscience, la loi a permis à nos enfants de franchir la porte de l’école ( nous devrions être satisfaits n’est-ce pas ?), mais de la cour à une place au sein d’une classe et à un enseignement, la route est longue et n’a absolument pas été balisée.

C’est d’accessibilité dont il est question et elle ne peut reposer sur les seules épaules d’un enseignant la plupart du temps non formé.
L’Etat doit maintenant assumer cette loi , c’est à dire s’assurer de sa mise en œuvre, en donnant les moyens nécessaires et prévus ( les avs,....) et…………. commencer à travailler sérieusement la communication et la formation des personnels.

Un parent.
 

 
    Association partenaire d'Autisme France