Rechercher :

 
  accueil  
  articles  
  l'association
  forum  
  Liens  
  contacts  
         
 
 


Actualités de l’autisme
et du handicap


 
 

Retarder la prise en charge adéquate des enfants autistes a un coût pour l’enfant et la société
( 25 février 2017 )

Appel à projets autisme 2017 de la Fondation Orange
( 25 février 2017 )

Ouverture du site officiel d’information sur l’autisme
( 22 février 2017 )

Cerveau : dépister précocement l’autisme par IRM ? / Sciences et Avenir
( 22 février 2017 )

Les « comportements-problèmes » au sein des établissements et services accueillant des enfants et adultes handicapés : Prévention et Réponses
( 22 février 2017 )

L’autisme : quelles origines, quels traitements ? émission France culture
( 22 février 2017 )

La CNSA met en ligne le tronc commun du métier des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)
( 22 février 2017 )

Comment favoriser des parcours fluides et éviter des ruptures pour les personnes avec autisme
( 22 février 2017 )

Direction Générale de l’Offre de Soins : rapport 2012
( 3 août 2013 )

Crise ouverte au Ministère de la Santé
( 3 août 2013 )

voir toutes les actualités
 
Accueil du site > Articles > Actualités de l’autisme et du handicap > Intervention de Jean-Claude Ameisen (Comité Consultatif National d’Ethique) (...)
Intervention de Jean-Claude Ameisen (Comité Consultatif National d’Ethique) lors du colloque « Autisme et TED : la scolarisation dans tous ses états… »

Intervention de Jean-Claude Ameisen (Comité Consultatif National d’Ethique) lors du colloque « Autisme et TED : la scolarisation dans tous ses états… ».

Cet exposé s’exprime à propose de la façon dont le Comité Consultatif National d’Ethique (le CCNE) que Jean-Claude Ameisen représente, a rédigé il y a deux ans (en 2007), l’avis qui concernait la situation des personnes en situation d’autisme et en particulier les problèmes posés par la scolarisation et d’une façon encore plus générale, par l’intégration sociale à la fois des enfants et des personnes adultes.
J.-C. Ameisen insiste sur les droits des personnes handicapées qui ont beaucoup de mal à se concrétiser et du retard de la France dans ce domaine par rapport à d’autres pays, même européens. Il rappelle que le France a été condamnée en 2004 par le Conseil de l’Europe pour un manque d’accès à la scolarisation des enfants autistes et TED. Elle a répondu par la Loi de 2005, ce qui est une bonne chose. Mais il reste désormais à appliquer cette loi. Il rappelle tous les rapports qui ont été rédigés sur ce sujet dans la période récente. Pour lui ces rapports correspondent à une prise de conscience du problème. Néanmoins il fait remarquer que l’on ne s’est pas donné la peine de calculer le nombre de personnes avec autisme et TED en France (tout âge confondu), ce qui signifie que l’on n’a pas mesuré l’ampleur du problème. Si l’on se réfère aux chiffres dans les autres pays, malgré les progrès indéniables dans ce domaine, les moyens mis en œuvre ne sont pas à la hauteur du problème. La situation française reste en décalage avec les besoins réels des enfants mais aussi des adultes, compte tenu de leur nombre. Ce problème rencontré dans le champ de l’autisme traduit un problème plus général de regard porté sur le handicap comme déficit et non comme « différence ».

http://www.dailymotion.com/video/xf641w_la-situation-actuelle-de-la-scolari_school

D’autres vidéos de ce colloque de l’INS HEA :

Intervention d’Annie Paquet, docteur en psychologie (Québec), lors du colloque « Autisme et TED : la scolarisation dans tous ses états… ».

Cette présentation vise à discuter de l’intégration scolaire de l’élève ayant un TED lorsqu’il reçoit le soutien d’un éducateur à partir de trois études réalisées au sein d’écoles québécoises.
http://www.dailymotion.com/video/xf6qjn_scolarisation-en-milieu-ordinaire-a_school

Intervention de Catherine Milcent, psychiatre et parent, lors du colloque « Autisme et TED : la scolarisation dans tous ses états… ».

Comment enseigner avec succès à cette population pleine de diversité mais partageant l’autisme et présentant des difficultés de compréhension verbales et non verbales ? La principale difficulté pour l’enseignant provient de l’absence d’intérêt de l’enfant pour ce qui lui est proposé à apprendre : activités ou concepts dont il ne comprend ni le sens ni l’intérêt. La réponse apportée à ce problème consiste donc à développer des stratégies destinées à le motiver, à capter son attention, son intérêt et à l’engager dans un processus d’« apprentissage » qu’il trouvera de plus en plus plaisant. Il s’agit donc de lui apprendre à apprendre et à y trouver son compte. La première recommandation consiste donc à ne pas mettre l’élève en échec. C’est donc une éducation au succès « au goutte à goutte » qui doit être proposée jusqu’à maîtrise complète de la tâche ou du concept, ce qui inclut de nombreuses répétitions mais aussi la généralisation de l’acquis dans différents lieux et avec différentes personnes. Renforcer signifie augmenter la fréquence d’apparition d’une action faite par l’enfant en agissant sur les réponses gratifiantes que lui fournit son enseignant.

Cette manière d’enseigner est l’application directe de la théorie de l’apprentissage décrite par Skinner. Ces idées sont connues sous le nom d’analyse du comportement appliquée ou ABA (Applied Behavior Analysis). Elles ont été adaptées à l’éducation de l’enfant autiste par Lovaas, puis Koegel, Ron Leaf, Vincente Carbone entre autres et sont actuellement les plus répandues au niveau mondial.

L’environnement scolaire est structuré, prévisible et ritualisé. L’accompagnement se fait souvent en ratio 1/1 (un adulte/un enfant) au début mais par la suite en petit groupe puis ensuite en se rapprochant le plus possible de l’environnement habituel.

http://www.dailymotion.com/video/xf6768_scolarisation-et-savoir-faire-speci_school

 

 

 
    Association partenaire d'Autisme France