Rechercher :

 
  accueil  
  articles  
  l'association
  forum  
  Liens  
  contacts  
         
 
 


Actualités de l’autisme
et du handicap


 
 

Retarder la prise en charge adéquate des enfants autistes a un coût pour l’enfant et la société
( 25 février 2017 )

Appel à projets autisme 2017 de la Fondation Orange
( 25 février 2017 )

Ouverture du site officiel d’information sur l’autisme
( 22 février 2017 )

Cerveau : dépister précocement l’autisme par IRM ? / Sciences et Avenir
( 22 février 2017 )

Les « comportements-problèmes » au sein des établissements et services accueillant des enfants et adultes handicapés : Prévention et Réponses
( 22 février 2017 )

L’autisme : quelles origines, quels traitements ? émission France culture
( 22 février 2017 )

La CNSA met en ligne le tronc commun du métier des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)
( 22 février 2017 )

Comment favoriser des parcours fluides et éviter des ruptures pour les personnes avec autisme
( 22 février 2017 )

Direction Générale de l’Offre de Soins : rapport 2012
( 3 août 2013 )

Crise ouverte au Ministère de la Santé
( 3 août 2013 )

voir toutes les actualités
 
Accueil du site > Articles > Bibliographie > Ouvrages en français > S.Lebovici, R.Diatkine : Nouveau traité de psychiatrie de l’enfant et de (...)
S.Lebovici, R.Diatkine : Nouveau traité de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent

S.Lebovici, R.Diatkine : Nouveau traité de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent

 

Prose française officielle

-S.Lebovici, R.Diatkine : Nouveau traité de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent PUF Quadrige 1985 réédition 2004 ; 4 tomes.

 La réédition n’est pas une mise à jour ; c’est ainsi que la DSM IV , pourtant déjà dans une version remaniée, et en voie d’être remplacée par la DSM V, n’est pas mentionnée ; les auteurs en sont restés à la DSM III-R. C’est bien regrettable. Les références bibliographiques des articles sont anciennes et ne dépassent pas 1989.
 Le tome 2 consacré partiellement à l’autisme le classe bien entendu dans les psychoses , conformément à la classification française CFTMEA , à l’intérieur de la partie Les Grandes entités morbides. Il est proprement surréaliste , comme d’ailleurs les ébauches de cours de certains pédopsychiatres qui essaient de suivre les démarches innovantes en ce domaine tout en restant agrippés au cadre conceptuel français : comment dire que l’autisme est en même temps un trouble d’origine neurobiologique , pour lequel l’imagerie cérébrale peut apporter une ébauche de description et d’explication , et qu’il est d’origine psychopathologique, ce qui met en cause les familles ? La réponse est simple : la sémiologie du comportement, les fonctions cognitives, les troubles du langage, sont inclus dans le syndrome psychiatrique clinique. La prise en charge ne saurait être que psycho-éducative. Dans le meilleur des cas, on fait dans l’ouvrage une place aux approches cognitives pour chercher comment elles peuvent et doivent être mises au service de l’approche psychiatrique. L’appréhension globale et la coordination des approches ne peuvent que relever de la psychopathologie . Voir le récent site Psynem de l’hôpital Necker.

 Rappelons que le concept de psychose n’existe pas pour l’OMS chez l’enfant : les autistes ne délirent pas ; on ne saurait donc placer l’autisme dans les psychoses même en faisant de savantes acrobaties pour faire coïncider les dernières moutures respectives de la CFTMEA et de la CIM 10 (classification de l’OMS) . L’autisme est un handicap cognitif d’origine sans doute multi-factorielle . Ce n’est donc pas une maladie mentale.

 

 

 

 

 
    Association partenaire d'Autisme France