Rechercher :

 
  accueil  
  articles  
  l'association
  forum  
  Liens  
  contacts  
         
 
 


Actualités de l’autisme
et du handicap


 
 

Retarder la prise en charge adéquate des enfants autistes a un coût pour l’enfant et la société
( 25 février 2017 )

Appel à projets autisme 2017 de la Fondation Orange
( 25 février 2017 )

Ouverture du site officiel d’information sur l’autisme
( 22 février 2017 )

Cerveau : dépister précocement l’autisme par IRM ? / Sciences et Avenir
( 22 février 2017 )

Les « comportements-problèmes » au sein des établissements et services accueillant des enfants et adultes handicapés : Prévention et Réponses
( 22 février 2017 )

L’autisme : quelles origines, quels traitements ? émission France culture
( 22 février 2017 )

La CNSA met en ligne le tronc commun du métier des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)
( 22 février 2017 )

Comment favoriser des parcours fluides et éviter des ruptures pour les personnes avec autisme
( 22 février 2017 )

Direction Générale de l’Offre de Soins : rapport 2012
( 3 août 2013 )

Crise ouverte au Ministère de la Santé
( 3 août 2013 )

voir toutes les actualités
 
Neurones-miroirs et autisme

Revue Trends in Cognitive Sciences vol XXX n°X Mars 2008

Les deux chercheuses britanniques à l’origine de cet article s’interrogent sur le rôle des neurones-miroirs dans l’autisme.

La théorie du miroir brisé a associé l’autisme à un dysfonctionnement des neurones-miroirs qui expliquerait les difficultés de nombreuses personnes avec autisme à imiter. Les auteures s’en tiennent à une appréciation très prudente sur cette théorie. Pour elles, les difficultés cognitivo-sociales des personnes avec autisme ne peuvent se réduire à cette théorie. Il convient de définir d’abord de meilleurs modèles cognitifs des comportements sociaux pour y voir plus clair.

-Les neurones-miroirs sont aussi impliqués dans la théorie de l’esprit, le langage et l’empathie

-l’imitation ne consiste pas seulement à reproduire un geste mais inclut l’analyse visuelle, la représentation des buts de l’action, la sélection de ce qu’il faut imiter et quand, et le contrôle moteur.

-il n’est pas acquis que les personnes avec autisme ne puissent pas imiter : elles savent le faire si elles ont des instructions explicites.

-les dysfonctionnements relevés dans les neurones-miroirs dans des études récentes peuvent montrer que le problème vient des neurones-miroirs mais il peut venir aussi du processus de vision précoce. Les problèmes visuels des personnes avec autisme sont mieux connus. Il n’est donc pas forcément juste de dire que les interactions sociales pauvres des personnes avec autisme viennent d’un dysfonctionnement des neurones-miroirs mais on peut dire qu’un manque d’attention aux signaux sociaux ou de communication (dont l’origine est quelque part dans le cerveau) provoque des réponses anormales des neurones-miroirs.

-les auteures suggèrent des pistes de recherche : développer un modèle cognitif complet des conduites d’imitation, repérer les interactions des neurones-miroirs avec d’autres régions du cerveau impliquées dans les interactions sociales comme l’amygdale, trouver quels facteurs augmentent les capacités d’imiter des personnes avec autisme, se demander s’il existe une seule cause cognitive ou neuronale de l’autisme.

 
    Association partenaire d'Autisme France