Rechercher :

 
  accueil  
  articles  
  l'association
  forum  
  Liens  
  contacts  
         
 
 


Actualités de l’autisme
et du handicap


 
 

Retarder la prise en charge adéquate des enfants autistes a un coût pour l’enfant et la société
( 25 février 2017 )

Appel à projets autisme 2017 de la Fondation Orange
( 25 février 2017 )

Ouverture du site officiel d’information sur l’autisme
( 22 février 2017 )

Cerveau : dépister précocement l’autisme par IRM ? / Sciences et Avenir
( 22 février 2017 )

Les « comportements-problèmes » au sein des établissements et services accueillant des enfants et adultes handicapés : Prévention et Réponses
( 22 février 2017 )

L’autisme : quelles origines, quels traitements ? émission France culture
( 22 février 2017 )

La CNSA met en ligne le tronc commun du métier des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)
( 22 février 2017 )

Comment favoriser des parcours fluides et éviter des ruptures pour les personnes avec autisme
( 22 février 2017 )

Direction Générale de l’Offre de Soins : rapport 2012
( 3 août 2013 )

Crise ouverte au Ministère de la Santé
( 3 août 2013 )

voir toutes les actualités
 
Accueil du site > Articles > Actualités de l’autisme et du handicap > Question écrite au Sénat sur le plan autisme et la réponse du secrétariat (...)
Question écrite au Sénat sur le plan autisme et la réponse du secrétariat d’Etat

Plan autisme 2008-2010 13 ème législature
Question écrite n° 02792 de Mme Esther Sittler (Bas-Rhin - UMP)
  • publiée dans le JO Sénat du 13/12/2007 - page 2270

Mme Esther Sittler attire l’attention de Mme la secrétaire d’État chargée de la solidarité sur le plan autisme 2008-2010. Le 27 novembre dernier, à l’occasion d’une réunion du Comité de réflexion sur l’autisme, cette dernière déclarait que ce nouveau plan autisme devra dépasser les « clivages » qui existent en France sur l’accompagnement des personnes atteintes, améliorer le dépistage et la scolarisation ainsi qu’accroître l’offre de places en établissement.
Ces déclarations vont certes dans le bon sens, mais elle lui demande ce qu’elle entend faire à très court terme pour améliorer la qualité de l’accueil des enfants autistes afin de leur permettre de se développer pleinement, quelles mesures elle prendra pour améliorer la prise en charge des adultes, en particulier ceux qui n’ont plus de parents et enfin, comment elle entend aider financièrement les parents qui, bien souvent, sont contraints d’arrêter de travailler pour s’occuper de leur enfant atteint et qui ne parviennent plus faire face aux dépenses qu’engendre l’accompagnement de ces personnes handicapées.

Réponse du Secrétariat d’État chargé de la solidarité
  • publiée dans le JO Sénat du 26/06/2008 - page 1299

L’attention de Mme la secrétaire d’État à la solidarité a été appelée sur la politique menée en faveur de l’amélioration de la situation des personnes autistes et de leurs familles. Le Gouvernement a lancé le 16 mai dernier un second plan pour l’autisme portant sur la période 2008-2010, qui prévoit la création de 4 100 places d’accueil supplémentaires sur cinq ans et qui met l’accent sur le diagnostic et les nouvelles méthodes de prise en charge, en réponse à une forte attente des familles. Le coût global de ce plan 2008-2010 s’élève à 187 millions d’euros. Pour répondre au déficit d’accueil des personnes atteintes de syndromes autistiques et de troubles envahissants du développement (TED), le plan prévoit la création de 4 100 places d’accueil sur cinq ans dont 1 500 en établissements pour enfants, 600 en services d’éducation spécialisée et de soins à domicile (SESSAD) et 2 000 places en établissements pour adultes. Le premier plan autisme avait prévu sur trois ans 2 830 places supplémentaires. Le plan insiste aussi sur la nécessité d’améliorer les connaissances sur les troubles autistiques et sur les TED, reconnaissant que l’on ne connaît pas précisément le nombre de personnes atteintes en France, les chiffres allant de 180 000 selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) à 400 000 selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Un « socle commun » de connaissances et de pratiques sera largement diffusé auprès des familles et des professionnels, les formations seront renforcées, notamment auprès des enseignants et des auxiliaires de vie scolaire. Le Gouvernement a par ailleurs choisi de mettre l’accent sur le diagnostic, que les professionnels sont souvent incapables d’établir de façon rapide et précoce. L’intégration en milieu ordinaire sera favorisée, et ce, à tous les âges de la vie. L’internat souple et les structures expérimentales de décompression pour les adolescents seront encouragés. Des modèles d’habitat adapté seront également expérimentés dans dix départements. Concernant les méthodes de prise en charge venues de l’étranger et qui privilégient l’éducatif, le Gouvernement s’engage à développer les pratiques expérimentales encadrées et évaluées sans prendre parti pour une méthode en particulier. Il est aujourd’hui indispensable d’opter pour une approche humaine qui ne les oppose pas entre elles.

Commentaire : que sont ces méthodes venues de l’étranger ? Pratiques expérimentales encadrées et évaluées par qui ? Au nom de quoi ? Qu’est-ce qu’une approche humaine ? Packing plus PECS comme dans le Nord ?

Nous sommes bien perplexes...

 

 
    Association partenaire d'Autisme France