Rechercher :

 
  accueil  
  articles  
  l'association
  forum  
  Liens  
  contacts  
         
 
 


Actualités de l’autisme
et du handicap


 
 

Retarder la prise en charge adéquate des enfants autistes a un coût pour l’enfant et la société
( 25 février 2017 )

Appel à projets autisme 2017 de la Fondation Orange
( 25 février 2017 )

Ouverture du site officiel d’information sur l’autisme
( 22 février 2017 )

Cerveau : dépister précocement l’autisme par IRM ? / Sciences et Avenir
( 22 février 2017 )

Les « comportements-problèmes » au sein des établissements et services accueillant des enfants et adultes handicapés : Prévention et Réponses
( 22 février 2017 )

L’autisme : quelles origines, quels traitements ? émission France culture
( 22 février 2017 )

La CNSA met en ligne le tronc commun du métier des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)
( 22 février 2017 )

Comment favoriser des parcours fluides et éviter des ruptures pour les personnes avec autisme
( 22 février 2017 )

Direction Générale de l’Offre de Soins : rapport 2012
( 3 août 2013 )

Crise ouverte au Ministère de la Santé
( 3 août 2013 )

voir toutes les actualités
 
Accueil du site > Articles > Actualités de l’autisme et du handicap > Le robot de l’Université de Vanderbilt et les enfants autistes
Le robot de l’Université de Vanderbilt et les enfants autistes

Le robot de l’université de Vanderbilt sera capable d’analyser les besoins et les émotions d’un utilisateur et d’adapter son comportement en fonction. Un premier projet s’intéresse au suivi des enfants autistes.

http://www.atelier.fr/usages/10/19022009/robot-homme-machine-medecine-marketing-autisme-traitement-physiologique-37865-.html

Les chercheurs se sont ainsi intéressés au traitement de l’autisme chez l’enfant. "Ce projet n’est pas le premier à utiliser des robots pour suivre des enfants autistes. Les jeunes sont en effet attirés spontanément par ces systèmes robotisés", explique Nilanjan Sarkar, professeur associé à l’université. "Mais la portée de telles solutions était encore limitée car le robot n’avait pas vraiment de moyens de comprendre l’enfant, et ses réactions restaient automatiques".

 
    Association partenaire d'Autisme France